Renouveler la solidarité

La solidarité a été l’un des points forts du communisme municipal à Bagnolet pendant des décennies avec, par exemple, le centre de santé , la cantine ou plus récemment la médiathèque. Nous sommes attachés à ces acquis populaires et nous nous engageons à les défendre et à les développer.

Nous nous prononçons pour la création d’une régie publique de l’eau d’Est Ensemble et nous souhaitons que les usagers-citoyen-nes soient étroitement associé-es à sa gestion. Nous souhaitons la mise en place d’un tarif sans abonnement et avec une première tranche quasi-gratuite pour assurer le droit à l’eau de tou-tes. Nous souhaitons l’ouverture d’équipements communaux pour l’accès à l’eau et à l’assainissement des sans abri.

Aujourd’hui la solidarité, c’est aussi permettre à chacun-e de se former, d’avoir une activité utile, d’avoir un revenu pour vivre, d’être reconnu-e à part entière. Pour cela, nous ne comptons pas sur la concurrence de tous contre tous, ni sur l’attractivité économique. Nous ne sommes pas des marchandises, nous ne voulons pas vivre dans une vitrine du Grand Paris !

Nos propositions pour Bagnolet :

– développement de l’économie sociale et solidaire, soit en développant un réseau d’entraide bagnoletais, soit en intégrant un réseau plus large (Est Ensemble ou villes voisines) ;

– mise en place des « incroyables comestibles » dans toute la ville ;

– installation d’ateliers de réparations (vélo, électroménager), d’une bricothèque ;

La bricothèque de Champigny/Marne

– soutien aux circuits courts ;

– jumelage avec une commune rurale et organisation de stages de formation en agriculture bio et vivrière ;

– expérimentation du revenu de transition écologique.

Focus : solidarité et handicap

Pour une politique municipale globale sur la question de l’égalité des droits vis à vis des personnes les plus vulnérables. Cela pourrait notamment se traduire par la mise en place de mesures spécifiques à l’égard des personnes en situation de handicap.

  1. Former le personnel municipal pour un meilleur accueil et une prise en charge adaptée des personnes en situation de handicap.
  2. Favoriser l’inclusion scolaire et l’accès aux activités périscolaires des élèves en situation de handicap.
  3. Adapter la voirie aux difficultés spécifiques des personnes en situation de handicap moteur.
  4. Garantir une accessibilité inconditionnelle aux espaces, bâtiments et transports publics.
  5. Créer un service d’accompagnement mobilité.
  6. Réserver un contingent de logements accessibles aux personnes à mobilité réduite.
  7. Agir pour l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap en partenariat avec la mission locale, et faire respecter l’emploi de 6% du personnel en situation de handicap.

Mieux respirer et se déplacer sans voiture

Greenpeace, le Réseau Action Climat (RAC) et l’Unicef ont publié mercredi 11 décembre un classement inédit des douze principales agglomérations françaises en fonction de leurs efforts pour améliorer la qualité de l’air que respirent leurs administrés.

Les douze agglomérations sont réparties en trois groupes. Paris, Grenoble et Strasbourg constituent le trio de tête des villes en « bonne voie » pour devenir respirables. Comme quoi l’alliance gauche et écologistes comme à Paris ou écologiste et gauche comme à Grenoble est encore la meilleure façon d’avancer dans ce domaine comme dans bien d’autres!

Lyon, Nantes, Lille, Bordeaux, Rennes et Toulouse sont jugées « encore timides » dans leurs actions. En queue de peloton, Montpellier, Nice et Marseille sont « en retard », voire « très en retard ».

Le problème numéro un de santé lié à l’environnement

Responsable de 48 000 à 67 000 morts par an en France, la pollution de l’air est considérée par la Commission européenne comme le « problème numéro un de santé lié à l’environnement ».

Les ONG entendent profiter de la campagne pour les élections municipales de mars 2020 pour mettre la pression sur les candidats. « Les villes doivent aller plus loin, plus vite, résume Sarah Fayolle, de Greenpeace. Les nouveaux élus devront prendre des mesures à la hauteur de l’urgence sanitaire et climatique. »

A Bagnolet aussi, cette question de la pollution de l’air, directement liée à la place de la voiture individuelle, doit faire partie des réflexions et des débats des élections municipales. Il faut croiser l’objectif de santé publique avec la réponse aux besoins de déplacement de la population. Et ce faisant, se préparer à la disparition de la voiture individuelle, qui est notre horizon.

Nos propositions pour Bagnolet :

– plan vélo : développer les pistes cyclables, les parkings fermés pour les vélos, les ateliers de réparation ;

– mise en place de navettes directes des quartiers (La Noue, Plateau, Malassis) au métro ;

– mise en place d’un « bajobus » pour relier les quartiers de la ville ;

– encourager le télétravail (personnel communal notamment) ;

– passer toute la ville en zone 30 km/h ; et demander zone 50 km/h pour l’autoroute qui traverse Bagnolet comme Paris le demande pour le périphérique ;

– créer des rues non carrossables (sauf riverains) dans les quartiers pavillonnaires;

– réduire l’emprise du trafic de bus longue distance autour de la gare routière;

– requalifier la zone de l’Échangeur qui est un point noir de Bagnolet.

Pour aller plus loin, lire aussi:

Paris en tête des grandes villes françaises faisant le plus d’efforts pour lutter contre la pollution de l’air, Marseille dernière

Transformer la ville pour faire face au changement climatique

Réduction de la surface bitumée d’un trottoir au bénéfice de la terre et de la végétation, un bon exemple à Paris…

L’augmentation des températures en ville (en cas de canicules) comme les inondations ne sont pas dues principalement au changement climatique global, mais à une urbanisation trop dense et à l’imperméabilisation des sols qui entraînent la formation d’îlots de chaleur urbain. Ainsi dans les périodes de canicule qui sont appelées à se multiplier du fait du changement climatique, il peut y avoir 8°C d’écart entre le 19e arrondissement minéral et les Bois de Vincennes et de Boulogne. L’urbanisme actuel amplifie les effets du changement climatique.

Les mesures à prendre tout en étant nécessaires, permettront aussi de rendre la ville plus agréable à vivre pour tous.

Nos propositions pour Bagnolet :

– arrêt de la consommation de pleine terre (il ne s’agit pas seulement d’un objectif global traduit en pourcentage mais de favoriser le maintien des surfaces de pleine terre d’un seul tenant). Cela revient bien sûr à arrêter impérativement  la consommation des espaces naturels restants.

– désimperméabiliser les sols (cours d’école, trottoirs, chaussées)

– végétaliser (cours d’école, trottoirs, toits, portions de chaussée). Chaque chantier de voirie, par exemple, doit être l’occasion de re-végétaliser.

– planter des arbres et adopter une charte de l’arbre (Bondy). Par exemple, planter des arbres sur une partie du parc des sports de la Briqueterie et l’ouvrir au public.

– mettre de l’eau partout : des mares, des nouvelles rivières urbaines, des jardins de pluie (un par quartier/ par école)

– collecte de l’eau de pluie des bâtiments communaux et réutilisation ;

– création d’îlots de fraîcheur dans chaque quartier pour se réfugier en cas de canicule.

NB : tout cela n’est pas coûteux et peut se réaliser avec des associations et les habitant-es.

Lettre ouverte aux écologistes et aux citoyen-nes engagé-es à gauche

À celles et ceux qui souhaitent un tournant écologiste à Bagnolet à l’occasion des prochaines élections municipales, nous voulons apporter à la fois un retour d’expérience (notamment au travers de l’action de nos élus sortants, Jean-Claude Oliva et Michel Léon) et un engagement pour l’avenir. Comment construire une influence écologiste et citoyenne sur la politique municipale dans un temps long ?

Gilles Pérole : « A l’école, nous avons fait basculer toute la restauration collective en 100 % bio »

L’instituteur de carrière est adjoint au maire de Mouans-Sartoux (Alpes-Maritimes) chargé de l’enfance et de l’éducation depuis plus de vingt ans. Egalement président de l’Association Un plus bio, il défend la cause du bien manger dans les cantines.

Gilles Pérole, adjoint au maire de Mouans-Sartoux (Alpes-Maritimes).

La tourte aux blettes, chez nous, c’est une affaire de famille…

Lancement de la campagne « L’EAU EST UN DROIT ! »

A l’occasion du Salon des Maires qui s’est tenu à Paris le 19, 20 et 21 Novembre 2019, la campagne L’eau est un Droit a été officiellement lancée ! #LEAUESTUNDROIT

Avec Rodrigo Mundaca, militant chilien du droit à l’eau, lauréat du Prix Danielle Mitterrand (de g à d, Vivien Rebière, Estelle Luc, Jean-Claude Oliva, Justine Richer et Rodrigo Mundaca)

Continuer la lecture de Lancement de la campagne « l’eau est un droit ! »→