La démocratie, indispensable pour faire bouger les lignes

C’est l’implication citoyenne qui rend possible des politiques nouvelles, aussi il faut la dynamiser. C’est elle qui va donner l’autonomie politique et la force au projet de vivre à Bagnolet.

L’exemple de la votation citoyenne sur l’eau

Bureau de vote à l’école Jean Jaurès

Au mois de juin dernier, la votation citoyenne sur la gestion de l’eau a permis d’obtenir des avancées concrètes: Est Ensemble a décidé de lancer une mission de préfiguration de la régie et de recruter un ingénieur en chef.

Il faut souligner que la votation citoyenne, ce n’est pas que la consultation des habitants. C’est aussi leur information et la formation de leur opinion via le débat. A Bagnolet, le magazine municipal mensuel a publié un dossier sur la votation citoyenne, puis un magazine spécial de 16 pages a été distribué dans toutes les boîtes aux lettres… L’ensemble des forces politiques de la ville ont appelé à participer à la votation et se sont prononcées en faveur de la gestion publique. Dans les autres villes, l’information a circulé par tracts principalement. Dans trois villes (Bagnolet, Bondy et Montreuil) des débats publics contradictoires ont été organisés avec la participation de la Coordination EAU Île-de-France, de nombreux élus favorables à la gestion publique et d’une forte délégation du SEDIF comprenant plusieurs directeurs et un vice-président, un magistrat, détaché de la Cour des comptes et recruté par le SEDIF…

Côté information toujours, : le SEDIF s’est payé deux jours de suite une pleine page de publicité dans le Parisien 93 à la veille de la votation ! Le directeur du SEDIF s’est exprimé sur une page dans le magazine de Bagnolet. Enfin, toujours au mois de juin, le délégataire du SEDIF, Veolia, a adressé une lettre et une luxueuse brochure de huit pages à tous les conseillers municipaux des villes organisant la votation citoyenne. Bref, c’est une vraie petite campagne électorale qui s’est déroulée sur les enjeux de la gestion de l’eau qui s’est déroulée avec la votation citoyenne.

Fort de cette première expérimentation, nous proposons d’aller plus loin dans ce sens avec l’organisation de référendums locaux réguliers (au moins une fois par an ) à la demande des associations et des élu-es ; cela permettra aux citoyen-es de s’exprimer mais aussi de former leur opinion, par l’information et le débat, préalables au vote.

Renouveler la participation des habitant-es

Depuis 2014, nous avons pu constater la remise en route des conseils de quartier et de nombreuses réunions publiques organisées par la municipalité sur des thèmes variées. Il y a une rupture avec la municipalité précédente, ce dont nous nous félicitons. Mais nous constatons aussi une désaffection des conseils de quartier et des réunions publiques qui rassemblent peu d’habitant-es . D’où la nécessité de relancer un dispositif participatif.

L’objectif serait de faire s’exprimer les habitant-es qui ne s’expriment pas habituellement et de les aider à s’auto-organiser, à construire leur opinion et à la présenter. Des expert-es, élu-es, etc. pourraient dans un second temps répondre à leurs questions. Mais la priorité doit être clairement donnée à l’expression des habitant-es. Cela nécessite de construire un dispositif participatif avec des règles claires (et décidées avec les habitant-es), un agenda annuel et la mise en oeuvre des décisions prises.

Cela passe par la mise à disposition d’une salle de réunion dans chaque quartier.

Cela demande aussi la mise en action d’un service de la coordination et de la valorisation de la vie associative et citoyenne avec une mission d’accompagnement.

Nous souhaitons aussi la mise en place d’un conseil de jeunes et d’autres conseils transversaux : des seniors, des discriminations ?

Le conseil de la laïcité et du vivre ensemble

Le conseil de la laïcité et du vivre ensemble a été obtenu à la demande de nos élus et en particulier de Michel Léon. Il faut maintenant l’activer avec la mise en place d’une séance par trimestre, d’outils d’information, l’intervention dans le journal, avec le milieu scolaire, avec les seniors, les représentants des communautés dans leur diversité. La ville doit assurer une promotion tous azimuts des principes de laïcité sur son territoire : la liberté de conscience et celle de manifester ses convictions dans les limites du respect de l’ordre public, la séparation des institutions publiques et des organisations religieuses, et l’égalité de tous devant la loi quelles que soient les croyances ou les convictions.

Nous proposons aussi:

Pour surmonter la crise du personnel communal, nous préconisons l’organisation d’États Généraux du service public local avec les syndicats et les usagers.

La cohérence écologique : toutes les délibérations soumises au conseil municipal devront dans leur présentation démontrer un impact écologique positif ;

La réduction des pouvoirs du maire avec une meilleure répartition des pouvoirs entre les élus.

Le temps de vivre

Du temps pour soi et pour les autres. Prendre le temps. Ralentir et se ressourcer. Relier les un.es aux autres. Renouer avec l’humanité et avec la vie, la Nature. Ce sont nos vœux pour l’année qui s’engage.

N’est-ce pas l’exacte intersection de la question sociale et de la question écologique? Au XIXe et au XXe siècle, la réduction du temps de travail a fait émerger le mouvement ouvrier. Aujourd’hui l’urgence est de stopper la course à l’enrichissement de quelques-uns (en 2019, les 500 personnes les plus riches de la planète ont vu leur fortune augmenter de 25%, soit de 1.070 milliards d’euros, selon le Bloomberg Billionaire Index) et à la destruction de la vie sur Terre que montre de façon effroyable la tragédie australienne. Derrière la réforme des retraites que veut imposer envers et contre tout le président Macron, il y a aussi l’absurdité qui consiste à vouloir augmenter le temps de travail sur une vie alors que nous avons toutes les raisons de le réduire drastiquement.

La ville est un des lieux possibles de résistance et de transformation, ce qui nous motive pour remettre en question et repenser le développement urbain à l’occasion des élections municipales. Sous une pression immobilière effrénée liée à la métropole du Grand Paris, Bagnolet s’est encore densifiée ces dernières années, ce qui engendre de nombreuses nuisances pour tou-tes les habitant-s. Il faut revenir à un projet de ville à taille et à rythme humains et reconnecté à la Nature.

Ce qu’illustrent nos propositions pour Bagnolet :

– transformer le moratoire actuel en arrêt de tout nouveau programme immobilier densificateur ; décider que notre ville a atteint avec les constructions actuelles un nombre maximal d’habitant-es et qu’elle n’ira pas au delà;

– développer tous les services publics pour répondre aux besoins des nouveaux arrivant-es et de l’ensemble de la population ;

– construire un projet politique autonome de ville, avec et pour les habitant-es ;

Plusieurs projets concrets seront les indicateurs de cette volonté :

– relier les 7 quartiers de Bagnolet via le Bajobus ;

– préserver la Bergerie à son emplacement actuel;

– requalifier la zone de l’Échangeur.

La guerre qui vient?

On ne peut évoquer les espoirs de 2020 sans évoquer une crainte majeure, « la guerre qui vient » comme l’écrit Edwy Plenel dans Médiapart : « Exécuté sur ordre de Donald Trump, l’assassinat du général Qassem Soleimani, haut dirigeant militaire iranien, est un pas de plus vers l’abîme guerrier. Si l’avenir n’est jamais écrit, comment ne pas voir que la puissance américaine met en péril le monde par son comportement d’État voyou, piétinant le droit international ? La France s’honorerait à le dire haut et fort. » (Lire l’article complet ici) Un vœu que nous partageons.

Renouveler la solidarité

La solidarité a été l’un des points forts du communisme municipal à Bagnolet pendant des décennies avec, par exemple, le centre de santé , la cantine ou plus récemment la médiathèque. Nous sommes attachés à ces acquis populaires et nous nous engageons à les défendre et à les développer.

Nous nous prononçons pour la création d’une régie publique de l’eau d’Est Ensemble et nous souhaitons que les usagers-citoyen-nes soient étroitement associé-es à sa gestion. Nous souhaitons la mise en place d’un tarif sans abonnement et avec une première tranche quasi-gratuite pour assurer le droit à l’eau de tou-tes. Nous souhaitons l’ouverture d’équipements communaux pour l’accès à l’eau et à l’assainissement des sans abri.

Aujourd’hui la solidarité, c’est aussi permettre à chacun-e de se former, d’avoir une activité utile, d’avoir un revenu pour vivre, d’être reconnu-e à part entière. Pour cela, nous ne comptons pas sur la concurrence de tous contre tous, ni sur l’attractivité économique. Nous ne sommes pas des marchandises, nous ne voulons pas vivre dans une vitrine du Grand Paris !

Nos propositions pour Bagnolet :

– développement de l’économie sociale et solidaire, soit en développant un réseau d’entraide bagnoletais, soit en intégrant un réseau plus large (Est Ensemble ou villes voisines) ;

– mise en place des « incroyables comestibles » dans toute la ville ;

– installation d’ateliers de réparations (vélo, électroménager), d’une bricothèque ;

La bricothèque de Champigny/Marne

– soutien aux circuits courts ;

– jumelage avec une commune rurale et organisation de stages de formation en agriculture bio et vivrière ;

– expérimentation du revenu de transition écologique.

Focus : solidarité et handicap

Pour une politique municipale globale sur la question de l’égalité des droits vis à vis des personnes les plus vulnérables. Cela pourrait notamment se traduire par la mise en place de mesures spécifiques à l’égard des personnes en situation de handicap.

  1. Former le personnel municipal pour un meilleur accueil et une prise en charge adaptée des personnes en situation de handicap.
  2. Favoriser l’inclusion scolaire et l’accès aux activités périscolaires des élèves en situation de handicap.
  3. Adapter la voirie aux difficultés spécifiques des personnes en situation de handicap moteur.
  4. Garantir une accessibilité inconditionnelle aux espaces, bâtiments et transports publics.
  5. Créer un service d’accompagnement mobilité.
  6. Réserver un contingent de logements accessibles aux personnes à mobilité réduite.
  7. Agir pour l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap en partenariat avec la mission locale, et faire respecter l’emploi de 6% du personnel en situation de handicap.

Mieux respirer et se déplacer sans voiture

Greenpeace, le Réseau Action Climat (RAC) et l’Unicef ont publié mercredi 11 décembre un classement inédit des douze principales agglomérations françaises en fonction de leurs efforts pour améliorer la qualité de l’air que respirent leurs administrés.

Les douze agglomérations sont réparties en trois groupes. Paris, Grenoble et Strasbourg constituent le trio de tête des villes en « bonne voie » pour devenir respirables. Comme quoi l’alliance gauche et écologistes comme à Paris ou écologiste et gauche comme à Grenoble est encore la meilleure façon d’avancer dans ce domaine comme dans bien d’autres!

Lyon, Nantes, Lille, Bordeaux, Rennes et Toulouse sont jugées « encore timides » dans leurs actions. En queue de peloton, Montpellier, Nice et Marseille sont « en retard », voire « très en retard ».

Le problème numéro un de santé lié à l’environnement

Responsable de 48 000 à 67 000 morts par an en France, la pollution de l’air est considérée par la Commission européenne comme le « problème numéro un de santé lié à l’environnement ».

Les ONG entendent profiter de la campagne pour les élections municipales de mars 2020 pour mettre la pression sur les candidats. « Les villes doivent aller plus loin, plus vite, résume Sarah Fayolle, de Greenpeace. Les nouveaux élus devront prendre des mesures à la hauteur de l’urgence sanitaire et climatique. »

A Bagnolet aussi, cette question de la pollution de l’air, directement liée à la place de la voiture individuelle, doit faire partie des réflexions et des débats des élections municipales. Il faut croiser l’objectif de santé publique avec la réponse aux besoins de déplacement de la population. Et ce faisant, se préparer à la disparition de la voiture individuelle, qui est notre horizon.

Nos propositions pour Bagnolet :

– plan vélo : développer les pistes cyclables, les parkings fermés pour les vélos, les ateliers de réparation ;

– mise en place de navettes directes des quartiers (La Noue, Plateau, Malassis) au métro ;

– mise en place d’un « bajobus » pour relier les quartiers de la ville ;

– encourager le télétravail (personnel communal notamment) ;

– passer toute la ville en zone 30 km/h ; et demander zone 50 km/h pour l’autoroute qui traverse Bagnolet comme Paris le demande pour le périphérique ;

– créer des rues non carrossables (sauf riverains) dans les quartiers pavillonnaires;

– réduire l’emprise du trafic de bus longue distance autour de la gare routière;

– requalifier la zone de l’Échangeur qui est un point noir de Bagnolet.

Pour aller plus loin, lire aussi:

Paris en tête des grandes villes françaises faisant le plus d’efforts pour lutter contre la pollution de l’air, Marseille dernière

Transformer la ville pour faire face au changement climatique

Réduction de la surface bitumée d’un trottoir au bénéfice de la terre et de la végétation, un bon exemple à Paris…

L’augmentation des températures en ville (en cas de canicules) comme les inondations ne sont pas dues principalement au changement climatique global, mais à une urbanisation trop dense et à l’imperméabilisation des sols qui entraînent la formation d’îlots de chaleur urbain. Ainsi dans les périodes de canicule qui sont appelées à se multiplier du fait du changement climatique, il peut y avoir 8°C d’écart entre le 19e arrondissement minéral et les Bois de Vincennes et de Boulogne. L’urbanisme actuel amplifie les effets du changement climatique.

Les mesures à prendre tout en étant nécessaires, permettront aussi de rendre la ville plus agréable à vivre pour tous.

Nos propositions pour Bagnolet :

– arrêt de la consommation de pleine terre (il ne s’agit pas seulement d’un objectif global traduit en pourcentage mais de favoriser le maintien des surfaces de pleine terre d’un seul tenant). Cela revient bien sûr à arrêter impérativement  la consommation des espaces naturels restants.

– désimperméabiliser les sols (cours d’école, trottoirs, chaussées)

– végétaliser (cours d’école, trottoirs, toits, portions de chaussée). Chaque chantier de voirie, par exemple, doit être l’occasion de re-végétaliser.

– planter des arbres et adopter une charte de l’arbre (Bondy). Par exemple, planter des arbres sur une partie du parc des sports de la Briqueterie et l’ouvrir au public.

– mettre de l’eau partout : des mares, des nouvelles rivières urbaines, des jardins de pluie (un par quartier/ par école)

– collecte de l’eau de pluie des bâtiments communaux et réutilisation ;

– création d’îlots de fraîcheur dans chaque quartier pour se réfugier en cas de canicule.

NB : tout cela n’est pas coûteux et peut se réaliser avec des associations et les habitant-es.

Lettre ouverte aux écologistes et aux citoyen-nes engagé-es à gauche

À celles et ceux qui souhaitent un tournant écologiste à Bagnolet à l’occasion des prochaines élections municipales, nous voulons apporter à la fois un retour d’expérience (notamment au travers de l’action de nos élus sortants, Jean-Claude Oliva et Michel Léon) et un engagement pour l’avenir. Comment construire une influence écologiste et citoyenne sur la politique municipale dans un temps long ?