L’écologie bien ancrée en banlieue et en Île-de-France

Un article paru dans Libération le 9 février 2020* citant EELV, pointait que les « écolos » étaient « hors sol » en banlieue et que les militants manquaient loin des centres des grandes villes. Pour autant, l’écologie en banlieue, proche et lointaine, ne peut se résumer à ce constat. Nos villes et territoires d’Île-de-France fourmillent d’initiatives et d’acteurs de terrain qui se battent pour donner un peu d’air et un peu de vert aux habitants de nos territoires, carencés en la matière.  Nous souhaitons vous raconter d’autres histoires et affirmer la nécessité de faire un pas supplémentaire pour mettre en oeuvre un véritable tournant social et écologique, à une échelle nouvelle, en Île-de-France.

Lire l’article complet

Un texte de Jean-Claude Oliva, Directeur de la Coordination Eau Île-de-France, candidat sur la liste Bagnolet écologique et solidaire & de Julie Lefebvre, Collectif citoyen et associatif pour la Forêt de Romainville, candidate sur la liste citoyenne Autrement à Romainville.

Le Programme de Bagnolet écologique et solidaire 2020

Voici l’intégralité des propositions de la liste Bagnolet Écologique et Solidaire -une liste soutenu par #PS #PRG #GénérationEcologie- pour les prochains élections municipales qui auront lieu le 15 et 22 mars 2020. Ce programme est le fruit du travail de la plateforme citoyenne Bagnolet Solidaire et Durable, enrichi par les réflexions des habitants et du collectif des Écolos Solidaires. Bonne lecture #tdm2020 #bagnoletecologiqueetsolidaire #touchenr3

Programme-Bagnolet-écologique-et-solidaire-2020

Pour l’égalité des droits de toutes et tous, pour une citoyenneté de résidence


La Fraternité est une valeur fondamentale de la République. A ce titre, notre pays a  le devoir de donner de nouveaux moyens d’expression à ceux qui prennent part, au quotidien, à la vie de la Cité, qui contribuent à son développement et qui respectent ses lois. 
Un appel d’élus locaux.

La France est une terre d’accueil qui se doit de tenir compte des attaches créées, par-delà la nationalité, par ceux qui y vivent depuis des années, parfois depuis des décennies.

Nous devons reconnaître un nouveau type de citoyenneté. Un nouveau type de citoyenneté qui permette à chacun dans nos territoires de participer à la vie démocratique, de s’exprimer, de dire son opinion ; nous devons permettre à tous de voter.

Ce droit constitue incontestablement un facteur de renforcement de la cohésion sociale.

Son adoption mettrait un terme à des asymétries choquantes entre les étrangers non européens, qui sont parfois résidents de longue date sur le sol français, et les étrangers communautaires, disposant eux, sans condition de durée de résidence, du droit de vote et d’éligibilité aux élections municipales.

Ce combat s’inscrit dans le sillage des appels lancés régulièrement depuis les années 1980 par des associations antiracistes institutionnalisées, tels la Ligue des Droits de l’Homme (LDH) ou le Mouvement contre le racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP), ou SOS Racisme, et de la mise en place, dans de nombreuses municipalités, de dispositifs d’associations des résidents étrangers à la vie locale.

La France pour continuer à affirmer son attachement aux valeurs d’égalité, de démocratie et de citoyenneté, elle doit engager un pas de plus pour l’égalité, pour une citoyenneté de résidence pleine et entière !

Un pas d’égalité utile à la société, c’est reconnaître la personne comme citoyen à part entière.

La vie locale est un lieu essentiel de la démocratie et de l’exercice de la citoyenneté.

Il n’existe aucune raison pour que toutes celles et tous ceux qui résident dans nos communes n’y participent pas de façon égale. Pourquoi et comment accepter encore longtemps que des habitantes de nos villes, usagers des services publics, contribuables/contributeurs aux finances de la commune ne puissent pas voter, exprimer leurs avis par le vote sur les politiques locales et les choix d’investissements ?

Voter, c’est se responsabiliser, et dire non à l’enfermement dans les marges.

Nous avons le devoir de construire ensemble la France de demain fondée sur des valeurs indivisibles de dignité humaine, de liberté, d’égalité et de solidarité.

Nous appelons les élues à réinscrire dans l’agenda politique ce beau combat pour l’égalité, pour une citoyenneté de résidence pleine et entière !

 Les premiers signataires :

– Halima Menhoudj, Adjointe au Maire de Montreuil

– Ibrahim Dufriche-Soilihi, 1er Adjoint au Maire de Montreuil

– Mehdy Belabbas, Adjoint au Maire d’Ivry

-Bally Bagayoko, Adjoint au Maire de Saint-Denis

-Daouda Keita, Adjoint au Maire de Bagnolet

-Claude Wohrer, Adjointe au Maire de Bagnolet

– Laurent Ziegelmeyer, Conseiller municipal de Choisy-le-Roi

– Jean-Claude Oliva, Conseiller municipal de Bagnolet

-Michel Léon, Conseiller municipal de Bagnolet

– Hakim Rachedi, Conseiller municipal d’Aubervilliers

-Sonia Pignot, Conseillère municipale de Saint-Denis

Patrick Vassallo, Conseiller municipal de Saint-Denis

Etienne Penissat, Conseiller municipal de Saint-Denis

– Souad M’Tira Hammal, Conseillère municipale d’Aix-en-Provence

– Catherine Bassani, Conseillère municipale de Nantes

– Dienabou Kouyate, Conseillère municipale de Montigny-lès-Cormeilles

– Dominique Poirout, Adjointe au Maire de Rezé etc…

Appel pour la débitumisation / revégétalisation des cours d’école

À l’appel du collectif Enseignant·e·s Pour La Planète et de SVT Égalité, militant·es pédagogiques et écologistes s’unissent pour défendre une mesure concrète, à portée de main : la débitumisation / revégétalisation des cours d’école et autres établissements scolaires. Cette mesure, aussi simple qu’elle puisse paraître, est un premier pas fondamental vers une autre éducation à l’environnement. C’est une mesure essentielle, car elle contribue à créer du lien entre les élèves et la « nature ». C’est là, avec des programmes repensés et des pratiques pédagogiques modifiées, l’un des trois piliers de la mise en place d’un monde résilient et respectueux du vivant. Et peut-être le plus délaissé au sein de l’Éducation nationale.

Lire l’appel ici.

NB: la débitumisation/revégétalisation des cours d’école fait partie du programme de la liste Bagnolet écologique et solidaire.