Grosse pluie

Dimanche 11 juin, Bagnolet a subi une pluie exceptionnelle comme il en arrive, en moyenne, une fois par vingt ans. Informations d’après un rapport d’Alexandre Nezeys pour l’EPT Grand Orly Seine Bièvre. Et diaporama des rues du centre ville inondées avec nos commentaires.

La journée du 11 juin 2023 est caractéristique des pluies d’été, à savoir des évènements courts et intenses, avec une hétérogénéité spatiale. En effet, sur le périmètre de Paris et de la petite couronne, il n’a pas plu dans certaines zones tandis que d’autres zones ont connu des averses très intenses jusqu’à 19,1mm en 5 minutes à Saint Mandé).

A Bagnolet, il est tombé au maximum 8mm en 5 minutes (de 20h50 à 20h55) et 28,1mm pendant tout l’épisode intense qui a duré trente minutes (de 20h40 à 21h10). L’averse a commencé à 20h25 et s’est terminée à 22h25.

  • Au niveau de la rue Raoul Berton, vue de la rue Sadi Carnot inondée.

La rue Sadi Carnot a retrouvé sa fonction de fond de vallon avec une hauteur d’eau d’une dizaine de centimètres sur toute la largeur de la rue. Et ce, malgré le bassin d’orage situé sous la place de l’église, d’une capacité de 3100 mètres-cube, qui stocke l’eau de la partie supérieure du bassin versant. Ce qui nous fait dire qu’il est fondamental d’arrêter d’imperméabiliser les sols en construisant à tout va. Le bassin d’orage mis en service en 1994, a offert un répit mais si l’imperméabilisation des sols continue, ses capacités de stockage pourront être dépassées dans un avenir proche.

SOS poissons morts

D’une façon plus globale, le réseau d’assainissement francilien est déjà à la limite de ses capacités. Le dimanche 11 juin, le SIAAP (Syndicat interdépartemental d’assainissement de l’agglomération parisienne) a  reversé dans la Seine, sans traitement, une partie des eaux collectées. Ces eaux polluées et non traitées, contenant une forte charge de matière organique, ont consommé l’oxygène du cours d’eau, ce qui a engendré une mortalité piscicole, par asphyxie. 420kg de poissons morts ont été ramassés par les équipes mobilisées pour la surveillance des berges, notamment à hauteur de Conflans-Sainte-Honorine, Andrésy et Herblay-sur-Seine.

Nous sommes entré.e.s dans une nouvelle ère : orages d’été au printemps, faible débit et température très chaude (entre 24 et 25°C) de la Seine ces jours-ci. Si on veut éviter à l’avenir des hécatombes de poissons, voire des inondations dévastatrices, il faut agir partout en gardant, au maximum, l’eau là où elle tombe.

Partage des eaux

Envoyez  vos photos et vos réactions à :

contact@ecolossolidaires.org

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.